Amour, luxure et chocolat !

Amour, luxure et chocolat !

 

À défaut d’être un véritable aphrodisiaque, le chocolat fait malgré tout parfois monter la température charnelle de ceux qui le savourent lentement ou le croquent à belles dents ! Décliné sous la forme de phallus pur cacao, de pralines suggestives ou encore de scénettes grivoises, cette gourmandise sait en effet se faire érotique et susciter les appétits les plus torrides !

Choco-sutra

L’Alsace n’est a priori pas vraiment connue pour être un paradis de l’érotisme. C’est pourtant là qu’à vu le jour ce qui est probablement la première collection de chocolats inspirée des positions du kamasutra ! Cette idée de rendre à cette gourmandise le petit caractère grivois qu’elle avait à ses origines, on la doit à Jacques Bockel, chocolatier français entièrement autodidacte qui cumule depuis les récompenses. C’est avec cette collection de douceurs, inspirée de cet art d’aimer qui nous vient de l’Inde, qu’il connaît d’ailleurs sa première success story. Décliné en huit scénettes olé-olé, cet assortiment de chocolats (noir 70 % ou lait 36%) représente d’intéressantes variations de levrettes, de fellation, d’amour à la verticale ou à plusieurs, le chocolat rendant peut-être partageur. Depuis sa création en 2000, cette collection fait en tout cas toujours partie de meilleures ventes de la chocolaterie. De quoi épicer un rendez-vous galant ou bien conclure une soirée de Saint-Valentin doublement gourmande. À noter le clin d’œil supplémentaire du prix : 24,69 € ! À découvrir dans une des sept boutiques de la marque. www.planet-chocolate.com

20,32 cm de plaisir

Chaud chocolat ! Baptisé 8 inches, l’équivalent en pouces de 20,32 cm ; ce pénis en chocolat très épanoui annonce clairement la taille et la couleur ! Ici, on n’est plus simplement dans la friandise coquine mais bel et bien dans la volupté scandaleuse, l’alliance entre l’ancestral pêché de luxure et le non moins séculaire pêché de gourmandise. Fait main à partir de cacao (Fair Trade !) en provenance de l’île antillaise de la Grenade, l’imposant objet du délice associe le chocolat noir à un double… fourrage : fondant moelleux pour la base de la verge ; crème laiteuse parfumée aux fruits pour la cime évocatrice. Vu ses mensurations et son poids (400g), cet organe cacaoté ne se gobe sans doute pas en une seule fois, mais se savoure vraisemblablement en plusieurs bouchées voluptueuses. Un peu comme les modèles originaux. Quoi que… Créé en 2011, ce projet de choco-phallus aux nervures suggestives est par ailleurs le fruit d’une collaboration entre la designer espagnole Angela de Millet, le studio Ruiz+Company et le chocolatier ibère Chocolat Factory. La vente en ligne de cette phallique gourmandise est pour l’instant à l’arrêt, mais elle devrait par contre sous peu être commercialisé au Royaume-Uni. http://nenfree.com

Cul-cul la praline

L’imagination humaine est décidément sans limites, aussi ou surtout lorsqu’il s’agit de sexe ou de ce qui tourne plus ou moins autour. Une petite société britannique propose ainsi depuis 2004 des pralines d’un genre assez particulier. Leur caractéristique ? Elles reproduisent un anus ! Oui, vous avez bien lu, une praline en forme de trou de balle, eh non, ce n’est pas un canular. Le nom de ce délice anatomique : Edible Anus, littéralement anus comestible. Entièrement faite à la main (on respire), et apparemment fabriquée à base de bon chocolat belge, cette praline est disponible en trois goûts : chocolat noir, chocolat au lait et chocolat blanc. Fourré, cela va de soi. De quoi résoudre le casse-tête du cadeau original à emporter chez vos amis un peu coincés du culte ? Comptez tout de même 7,89 € pour trois pralines, plus les frais de livraison. Ce qui fait tout de même cher le troufignon, même comestible. www.firebox.com

 

 

 

Laisser un commentaire