Archives de
Catégorie : Belgique érotique

Viens chez moi, j’habite dans un château !

Viens chez moi, j’habite dans un château !

Durant le Moyen Âge, certains seigneurs ont une façon bien à eux de se trouver une épouse : ils l’enlèvent, tout simplement ! Parfois, alors même que celle-ci est déjà mariée. La coutume, puisque s’en est une, est ancienne. Vers 862, en visite à la cour royale de Senlis, Baudouin Ier, fondateur de la lignée des Comtes de Flandre, ne trouve par exemple rien de mieux à faire que d’enlever la princesse Judith, propre fille du roi Charles le Chauve…

Lire la suite Lire la suite

Le fléau de l’onanisme

Le fléau de l’onanisme

Haro sur la masturbation ! Comme dans toute l’Europe du XIXe siècle, la Belgique part en guerre contre le fléau de l’onanisme. Surveillance permanente, camisoles de force, régimes alimentaires adaptés… sont préconisés pour dissuader les récalcitrants ! Vice, péché, névrose, l’histoire de la masturbation est une longue suite de condamnations en tous genres. Les Anciens, qui font du sperme le siège de la puissance virile, voient déjà d’un mauvais oeil cette pratique d’autosatisfaction, qui ne peut contribuer, selon eux, qu’à affaiblir…

Lire la suite Lire la suite

Dirty Dancing

Dirty Dancing

DANSE et DRAGUE ! À la fin du XIXe siècle, les Belges découvrent le bal populaire et les rapprochements très charnels qu’il autorise. Ça ne plaît évidemment pas à tout le monde. Qui, de la morale ou du libertinage, a fini par mener la danse ? À partir de la fin XIXe siècle, les bals populaires chers à Sardou prennent le relais des fêtes patronales et des kermesses traditionnelles comme lieu de rencontre entre filles et garçons. Les débuts sont…

Lire la suite Lire la suite

Pas de sexe avant le mariage ?

Pas de sexe avant le mariage ?

Nos aïeux n’attendaient pas toujours la nuit de noces pour faire plus ample connaissance avec le sexe opposé. Tant pis pour les convenances, les mises en garde parentales et les sermons de l’abbé. L’appel des sens et des hormones était parfois le plus fort ! Dans certaines contrées, les frotti-frotta prénuptiaux étaient même tolérés, voire quasi institutionnalisés. La nuit venue, il était ainsi loisible à un garçon de rejoindre une jeune fille dans sa chambre et de se coucher à…

Lire la suite Lire la suite

Hôtels d’un moment

Hôtels d’un moment

Le berger, ex-maison de rendez-vous bruxelloise des années 30, élégamment reconvertie en hôtel de luxe, n’est pas le seul établissement belge à avoir gentiment viré de bord…el !

La sérénade, une histoire belge ?

La sérénade, une histoire belge ?

 C’est en Belgique, et plus précisément à Bruxelles, que serait né l’art de la sérénade amoureuse. L’usage aurait pris naissance parmi les nobles attachés à la cour de l’Infante Isabelle, qui régna sur les Pays-Bas catholiques de 1598 à 1621, conjointement avec son mari et cousin l’archiduc Albert. Ces gentilshommes avaient semble-t-il pour habitude de faire « donner du violon » sous les fenêtres des belles qu’ils courtisaient galamment. De Bruxelles, cette mode aurait ensuite gagné la province ainsi que d’autres pays.