L’orgasme au féminin

L’orgasme au féminin

Orgasme et plaisir féminin restent encore un grand mystère de la nature, parfois d’ailleurs aussi pour les femmes elles-mêmes !

A quoi voit-on qu’une femme « jouit » ? Voilà une question que pas mal d’hommes se posent. Chez les messieurs, la réponse est en effet, relativement, simple : la montée du plaisir culmine en général chez eux avec une éjaculation, disons, très caractéristique. Chez les femmes par contre, il n’y a à guère de signes extérieurs d’extase. Tout se passe en interne ou presque. Circulez, y rien à voir. Loin des clichés véhiculés par les films X, rares sont d’ailleurs les femmes qui font partager leur plaisir à tout le voisinage. Certaines manifestations, cris, grognements, spasmes, sont évidemment possibles durant la montée du plaisir, mais pas spécifiques à l’orgasme. L’homme doit donc malheureusement souvent se contenter de ce que sa compagne lui dit. Quand elle lui dit quelque chose. Ce qui évidemment en tracasse plus d’un. Une femme qui ne prend pas son pied, ou qui n’a pas l’air de le prendre, et voilà en effet notre bel étalon qui se met à douter de ses capacités d’amant. Pas étonnant donc que certaines choisissent de simuler pour faire plaisir à leur compagnon.

Les voies, impénétrables, de l’orgasme

Le plaisir féminin, un rien suffit-il à l’éteindre ? Crédit : The Ewan.

Mais les voies de l’orgasme au féminin sont décidément impénétrables. Chez la femme, le rapport de cause à effet entre montée du plaisir et explosion finale est effectivement beaucoup plus flou. Alors que monsieur, passé le point de non retour, éjacule toutes affaires cessantes et cela quoiqu’il advienne, l’orgasme peut échapper à madame au tout dernier moment, alors même que toutes les conditions favorables semblent réunies. L’orgasme féminin est ainsi une alchimie subtile qui dépend de nombreux paramètres : préliminaires satisfaisants, attitude du partenaire, nouveauté de la relation, état d’esprit, fantasmes, attitude par rapport à la sexualité, degré d’hygrométrie… Tout ou presque compte pour mener une femme sur les sentiers capiteux de la félicité charnelle. Chemin qui peut d’ailleurs parfois être long : 23% des femmes seulement, affirment avoir eu leur premier orgasme avant 25 ans. Chez certaines, cette absence de paroxysme est même permanente, pour des raisons encore souvent mystérieuses. On parle alors d’anorgasmie, un trouble qui toucherait 20 à 30% des femmes. Cette absence de paroxysme est évidemment parfois mal vécue tant par la femme que par son partenaire, mais pas nécessairement. C’est que les voies du plaisir au féminin ne se résument pas du tout au seul 7e ciel. La volupté, la montée du plaisir, la tendresse échangée avec le partenaire, sont souvent, pour bien des femmes, plus importants et plus satisfaisants pour juger de la réussite d’un rapport sexuel qu’un orgasme en 3D et Dolby surround.

Clit’orgasme

Mais la capacité des femmes à atteindre le nirvana des sens n’est probablement pas toujours aussi aléatoire qu’on pourrait l’imaginer. Les enquêtes menées, entre autres, par l’américaine Shere Hite, montrent que la grande majorité d’entre-elles est parfaitement capable de connaître un orgasme lorsqu’elle se décide à prendre les choses en main, au propre comme au figuré d’ailleurs. Ainsi, toujours d’après Shere Hite, sur les 85% d’américaines qui avouent se masturber, 95% parviennent semble-t-il à jouir sans effort particulier. Autre que manuel s’entend. Leur secret ? La stimulation clitoridienne !

Encore, encore, encore !

En matière de plaisir, les femmes possèdent aussi des avantages incontestables sur la gent masculine, dont des orgasmes qui peuvent être classés hors catégorie sur l’échelle de Richter du sexe. Selon certains sexologues, l’orgasme féminin peut en effet être huit à dix fois plus puissant que celui de l’homme. Un véritable tremblement de sexe susceptible de laisser ces dames pantelantes ! Elles ont aussi la possibilité, si l’excitation se poursuit, de ressentir plusieurs orgasmes en suivant, parfois en rafale ! Comme si le premier n’était qu’une mise en bouche, un simple échauffement. Et il n’y a, en théorie, aucune limite à ces orgasmes multiples, si ce n’est la résistance individuelle de la partenaire… et celle de son amant ! En général, les orgasmes multiples sont plutôt obtenus par pénétration vaginale que par une stimulation directe du clitoris (plus exactement le gland du clitoris), ce dernier étant parfois trop sensible après un premier orgasme. Pas la peine cependant de voir dans ce type de jouissance une sorte de Graal à atteindre absolument. Les orgasmes multiples ne semblent pas nécessairement être plus satisfaisants qu’un seul. Et comme le dit le proverbe, un tiens vaut mieux que deux tu jouiras !

Sources :
Catherine Sandner, Sexe, orgasme et autres (ré)jouissances. Hachette Pratique.
7 conseils pour augmenter l’orgasme clitoridien. www.medisite.fr
Dr Sylvain Mimoun, Étienne Rica, Côté cœur, côté sexe: L’ABC du bonheur à deux. Albin Michel.
Maïa Mazaurette, Pour Noël, pour la nouvelle année : offrons-nous une sexualité clitoridienne ? www.gqmagazine.fr
L’orgasme féminin. http://controverses.sciences-po.fr
Orgasme de la femme, comment le simuler ? www.passionsante.be
L’orgasme. www.aihus.fr

Laisser un commentaire