Les ré-jouissances du quotidien !

Les ré-jouissances du quotidien !

Pimenter le quotidien

Non, il n’y a pas que les stages de tantrisme, l’échangisme et les tenues SM pour pimenter une vie sexuelle un peu terne. L’érotisme se cache souvent dans les gestes et les moments les plus simples de tous les jours. Et il suffit souvent d’un rien pour réenchanter le quotidien et remettre un peu de feu dans la relation amoureuse.

L’érotisme va souvent se nicher dans peu de choses. Deux jambes qui se croisent sur un tabouret haut, une bouche qui s’entrouvre pour savourer une glace, un sein à peine entr’aperçu, une fesse ou un torse d’homme bien galbé… et voilà l’imagination, qui s’emballe, le cerveau qui échafaude mille et une combinaisons torrides, le sexe qui s’humecte ou tressaute en criant et moi, émois ! À une époque, où les expériences sexuelles se doivent d’aller toujours plus loin, toujours plus hot, on finirait par oublier que les gestes les plus simples sont parfois aussi les plus sensuels et les plus susceptibles de déclencher en nous une furieuse envie de faire l’amour. On finirait aussi par perdre de vue que de tous nos organes sexuels, c’est bien le cerveau le plus important et qu’il n’en faut pas toujours beaucoup pour le stimuler, ce grand coquin.

De bas en haut

érotisme et maquillageQuoi de plus troublant, par exemple, qu’une femme qui s’applique du mascara sur les cils. Les scientifiques se penchent depuis longtemps sur la raison mystérieuse qui pousse ces dames à entrouvrir leurs lèvres en cet instant. La question reste pour l’instant sans réponse, mais qu’importe. Pour le mâle moyen qui prend la peine de s’attarder sur cette vision, cette attitude d’un érotisme incandescent est riche de promesses toutes plus capiteuses les unes que les autres. Le moment et l’aisance avec laquelle une femme dégrafe son soutien-gorge à également de quoi laisser ces messieurs rêveurs. La question principale étant souvent pour eux : qu’est-ce qui est le plus excitant, le contenu ou le contenant ? Et si c’était le geste ? Mais le moment le plus torride entre tous reste probablement celui, devenu rare, où une femme enfile des bas – des vrais voulons-nous dire – lentement, délicatement. On atteint peut-être là un des summums de l’érotisme au quotidien qui vaut toutes les éditions du kamasoutra réunies. Pour qui sait en tout cas prendre le temps de regarder et de s’émerveiller à nouveau, par-delà les habitudes.

À deux sous la douche

Sans se faire voyeur aussi, on peut retrouver le plaisir de regarder l’autre se déshabiller, se laver sous la douche, regarder l’eau ruisseler sur son corps, la mousse cacher par intermittence les courbes et protubérances convoitées. Et pourquoi pas, à un moment, se retrouver à deux sous le jet de l’eau, pour une séance de sensuelles ablutions en commun ? C’est cela aussi réenchanter le quotidien. Le regard n’est d’ailleurs pas le seul à pouvoir pimenter le train-train quotidien de la sensualité à deux. Le toucher est tout aussi important. Une simple main qui effleure un sein, une hanche, une fesse, un sexe, comme par inadvertance, et cette toute l’imagination qui s’enflamme et le corps qui lui répond. Pour autant qu’on lui en donne la permission. On peut évidemment aller plus loin que le simple câlin au hasard des envies, et prendre des rendez-vous d’exploration sensuelle réguliers : simples baisers, caresses suaves, massages légers, sans nécessairement devoir passer à l’acte d’ailleurs.

Bonjour tendresse

Au préalable, on n’oubliera toutefois pas les caresses sonores, le monde des sons. Petits mots d’amour, rires partagés, respiration rauque, halètements, ronronnements et grognements de plaisir, cachent des trésors de sensualité et n’ont pas leur pareil pour enflammer les sens et le reste. Enfin n’oublions pas aussi l’importance des ambiances, attitudes, atmosphères amoureuses. Car créer un climat érotique passe encore par bien d’autres chemins que ceux de la vue, du toucher ou de l’ouïe. Cet aphrodisiaque miracle à d’ailleurs un nom, c’est la tendresse ! L’attention portée à l’autre, à ce qu’il vit, éprouve comme joie ou comme peine, le rend en effet plus vivant et plus important à nos yeux. Et par voie de conséquence, le rend aussi plus attirant et plus désirable. On aime mieux quand on aime tout court.

Pourquoi fait-on l’amour ?

Pourquoi en effet s’envoie-t-on en l’air ? Cette question, des psychologues de l’Université du Texas l’ont posée à 444 femmes et hommes âgés de 17 à 52. Les chercheurs ont ensuite retenu 237 de ces raisons et ont demandé à des futurs psys de les classer, arbitrairement, de la meilleure à la plus mauvaise. Résultat des courses, l’attraction physique, l’envie d’éprouver du plaisir et le besoin de se sentir bien, se retrouvent dans le tiercé de tête des motivations sexuelles. Rien de surprenant à première vulve. Ce qui l’est plus, c’est de constater qu’hommes et femmes ont avancé à peu près les mêmes motifs pour s’envoyer en l’air. Vingt des vingt-cinq principales raisons citées par les étudiants étaient les mêmes chez les deux sexes ! Et l’amour alors ? Il se classe au 4e rang chez les femmes et au 5e chez les hommes. Quant aux plus mauvaises raisons, elles allaient de Parce que je m’ennuyais, à Pour obtenir une augmentation ou Faire disparaître une migraine. Mais existe-t-il vraiment de mauvaises raisons de faire l’amour ?

Sources
Why Do People Have Sex? Researchers Explore 237 Reasons. https://news.utexas.edu

 

Laisser un commentaire