Coït et gourmandises

Coït et gourmandises

Sexe et nourriture

L’amour donne parfois un appétit d’ogre, surtout quand les jeux sexuels servent de prétexte à mêler luxure et gourmandises, plaisirs de la chair et enivrantes mises en bouche. Régalez-vous, pourléchez-vous, on passe à table !   

Séduction et nourriture sont irrémédiablement liés. Ce qui dans la nature n’est d’ailleurs pas toujours sans danger. Chez les insectes, on connaît le triste sort du mâle de la mante religieuse qui finit comme casse-croûte après avoir accompli ses devoirs conjugaux. Prévoyants, les mâles d’autres espèces d’insectes ont trouvé une parade. Ils offrent à leur belle un peu de nourriture pour l’amadouer et ne pas finir à la casserole. Ce genre de cadeau en nature semble de règle dans pas mal d’autres espèces, dont la nôtre. Fondamentalement, ce n’est pas idiot. En agissant de la sorte, un mâle montre qu’il compte prendre soin de sa compagne et de sa future progéniture. Voilà peut-être pourquoi il est d’usage pour un homme qui invite une femme au restaurant de payer l’addition. Dame nature ne serait-elle pas un peu macho ?

Plat chaud au menu

Crème fraîche sexy Mais sexe et nourriture sont encore bien plus imbriqués qu’on ne le pense. Ils sont physiquement reliés dans le système limbique du cerveau, siège de toutes nos émotions et de tous nos plaisirs. Du coup, un bon repas est souvent le prélude à une nuit d’amour torride. Cela explique peut-être les vertus aphrodisiaques de pas mal d’aliments et bons petits plats. Ça explique aussi sans doute pourquoi la morale puritaine a souvent eu tendance à rejeter tout ce qui avait trait aux plaisirs de la table et de la chair.

Godemichés bio  

Mais certains petits gourmands ne se contentent pas d’épicer leurs préliminaires amoureux à coup de souper fins. Ils utilisent la nourriture comme d’autres se servent d’accessoires érotiques. Cette petite fantaisie à même un nom, c’est la sitophilie (du grec sitos, blé, et philia, amour de). La pratique est plus courante qu’on ne le pense. Elle a d’ailleurs été popularisée par des films comme La grande bouffe ou Neuf semaines et demi. On appelle cela aussi se mettre à table. Expression qui peut d’ailleurs parfois être prise au pied de la lettre, le corps de votre amant ou amante pouvant servir de base à un plateau-repas des plus alléchants, à la manière du Nyotaimori, une pratique japonaise qui ravit les amateurs de sushi sexy. En matière de sitophilie, on n’a que l’embarras du choix et des aliments. Grand classique toujours très apprécié, l‘application de crème chantilly, de confiture, de chocolat à tartiner… sur certaines parties du corps. Qu’il ne reste ensuite plus qu’à ou pourlécher avidement ou à petits coups de langue appliqués. Autre grand classique, le godemiché comestible. Optez pour des légumes costauds, soigneusement lavés et de préférence chaussés d’un préservatif, pour l’ hygiène : concombre, carotte, épi de maïs ou panais, pour les amateurs de légumes insolites. Certains vont jusqu’à introduire de la crème glacée ou un fruit dans les orifices de leur partenaire et se font ensuite un plaisir d’aller le récupérer. Une pratique qui n’est évidemment pas sans risques d’infections, expliquent les gynécologues. Faut-il d’ailleurs rappeler à ces coquins qu’on ne joue pas avec la nourriture. C’est très vilain. Mais c’est si bon…

Nyomaitori
Nyotaimori : une sushi party des plus sexy ! Crédit : Edith Soto

Petit menu érotique

  • Salade froide de pâtes et pénis : Enrobez le pénis du partenaire avec des spaghetti tièdes. Aspirez ensuite goulûment. Peut se pratiquer nature, carbonara ou pesto, selon les goûts. Evitez toutefois les sauces trop piquantes !
  • Thé torride : Buvez un thé chaud, mais pas bouillant, avant de pratiquer une fellation ou un cunnilingus. Résultat garanti. Variante acidulée : léchez un quartier de citron.
  • Dim-sum façon Empire de sens : Prévoyez une dizaine de dim sum et réchauffez-les à la vapeur. Vérifiez qu’ils ne soient pas trop chauds et saisissez-les avec des baguettes, passez-les délicatement sur le sexe de votre partenaire, puis mangez-les. N’hésitez pas à faire goûter.
  • Baiser gourmand : Embrassez votre partenaire avec un fruit acidulé ou sucré dans la bouche.
  • Champagne : Profitez de certains creux naturels du corps, comme le nombril ou le cou, pour vous délecter d’un peu de champagne frais ou de saké tiède.
  • Chaud chocolat : Onctueux, odorant, capiteux et si bon, le chocolat fondu est l’aliment idéal à étaler sur le corps de votre partenaire avant de le pourlécher. Attention, vérifiez qu’il ait suffisamment refroidi avant de l’étaler. Des brûlures peuvent déjà survenir dès 50°. Alternative, appliquez langoureusement une lotion de massage maison à base d’huile comestible (macadamia, noisettes, colza…), de beurre de cacao préalablement fondu, d’extrait de cacao et d’un peu de colorant alimentaire couleur chocolat.

Laisser un commentaire