Ne faites pas ça avec votre pénis !

Ne faites pas ça avec votre pénis !

Didriks

Fumigations, insertion d’ail… tout récemment encore, médecins et médias ont attiré l’attention sur les pratiques à risque de certaines femmes concernant leur vagin. Mais les hommes ne semblent pas en reste lorsqu’il s’agit de tuner leurs parties intimes ou de se conformer à certaines attentes sociales.

Dentifrice et artifice !

Tout ce qui entre dans une bouche ne peut pas nécessairement être étalé sur un pénis. Passe encore pour un peu de chocolat (pas trop chaud), de chantilly ou de miel, dans le cadre d’une turlute gourmande. Pensez tout de même à bien rincer l’ustensile à l’eau claire après dégustation. Mais les messieurs feraient mieux de s’abstenir de tartiner leur zifolette avec du dentifrice ! Cela va de soi direz-vous. Et pourtant. Sur Youtube, une vidéo préconise l’utilisation de pâte dentaire comme remède à… l’éjaculation précoce ! Mise en ligne par un certain Jose Barber, elle a déjà été vue près d’un million cent mille de fois. Selon son promoteur, un habitué des méthodes « miracles » d’élargissement du pénis, se masser le zizi avec du dentifrice permettrait de raffermir l’érection et de retarder l’éjaculation jusqu’à une demi-heure, voire plus. Et cela en moins d’une semaine d’utilisation, est-il avancé sans aucune preuve. D’autres vidéos font des affirmations similaires. À tel point qu’en Grande-Bretagne, le succès de ces présentations Youtube a poussé James O’Loan, pharmacien auprès du site de consultation en ligne Doctor-4-You, à mettre les potentiels utilisateurs en garde. Sur l’efficacité de la méthode d’abord, absolument non démontrée. Sur les risques qu’elle fait courir aux propriétaires de zigounette ensuite. Attention, dit-il en substance, certains des composés contenus dans les dentifrices, dont la menthe poivrée, les agents abrasifs et de blanchiment, peuvent se révéler irritants pour la fine et fragile peau du membre viril. Risque principal, l’inflammation du pénis et tout particulièrement celle du gland (balanite). Gênante et souvent douloureuse, cette affection peut éventuellement déboucher sur une mycose assez désagréable. Et ce n’est pas tout. Le caractère naturellement abrasif du dentifrice peut également rendre les rapports sexuels inconfortables et favoriser l’apparition d’infections vaginales chez la partenaire. Bref, le dentifrice c’est pour les dents, pour faire briller vous couverts en argent ou redonner du peps à vos chaussures blanches, mais pas pour en tartiner votre bigoudi à bec verseur.

Bru-nO

Rien ne sert d’éclaircir la question

Après l’anus et la vulve, le blanchiment du pénis semble faire partie des nouvelles tendances « esthétiques » à la mode. Du moins en Thaïlande. Début 2018, une clinique de Bangkok s’est rendue populaire en proposant des interventions d’éclaircissement de la zigounette par laser. Malgré le coût de l’intervention (650 $ soit 588 €) pour cinq séances de blanchiment au total, cette intervention a connu un engouement soudain et inattendu. Suite à cette offre, une centaine de clients masculins se sont précipités chaque mois dans cette clinique pour y bénéficier d’une dépigmentation intime. Soit en moyenne, trois ou quatre clients par jour. Dont un grand nombre issu de la communauté LGBTQ+ thaïlandaise. D’abord interloqués face à ce succès, les autorités sanitaires du pays ont vite réagi. Elles ont notamment mis en garde contre les effets secondaires possibles d’une telle intervention : douleurs, risques d’inflammation ou de cicatrices, voire possibles effets sur le système reproducteur et les rapports sexuels. Elles ont aussi insisté sur son inutilité probable, l’arrêt du traitement amenant, semble-il, la peau du zob à retrouver sa pigmentation normale. Ou, pire, à hériter de taches peu esthétiques. Mais comment expliquer un tel engouement ? Dans certains pays, d’Asie, ainsi qu’en Inde, une peau claire est encore systématiquement associée à la réussite, à la beauté et à un statut social plus élevé. Un phénomène qui dépasse d’ailleurs les frontières de ces pays pour s’étendre à l’Afrique, l‘Europe ou l’Amérique. Cela explique le succès croissant des crèmes blanchissantes et autres chirurgies de dépigmentation. Rien qu’en Asie, ce business représenterait un chiffre d’affaires de dix-huit milliards de dollars ! Il n’y a pourtant rien d’anormal, au contraire, à voir la verge ou la vulve présenter une pigmentation plus foncée que le reste du corps. Ce phénomène est lié à l’apparition de la puberté, un âge où l’on voit le taux d’hormones sexuelles augmenter. Or ces hormones sexuelles vont à leur tour stimuler la production de mélanine, un pigment naturel responsable du bronzage et de la couleur de notre peau. Et c’est cette même mélanine qui va venir pigmenter certaines parties du corps comme la peau de la verge, les lèvres vaginales, le rectum et aussi le bout des seins !

Traite manuelle : prudence !

Jelqing
Ehrecke

Connaissez-vous le jelqing ? Cette pratique consiste pour les hommes à s’étirer régulièrement et légèrement le goupillon à tête chercheuse dans l’espoir de lui voir prendre quelques centimètres supplémentaires. Il existe plusieurs techniques, mais le plus souvent, le candidat éléphanteau commence par placer son pouce et son index en anneau à la base de son pénis quasi en érection. Il déplace ensuite ses deux doigts fermés jusqu’à l’extrémité de son membre viril, en exerçant une pression, comme s’il devait traire l’objet en question ! Cette procédure doit être répétée plusieurs fois. Certains hommes la pratiquent parfois vingt minutes d’affilée. Le jelqing est censé augmenter la taille du pénis en favorisant un plus grand afflux de sang dans la verge. La méthode créerait aussi des « microdéchirures » dans la zigounette, dont la guérison entraînerait la croissance de nouvelles cellules et permettrait d’agrandir Popaul. Sauf qu’aucune de ces affirmations n’a jusqu’ici été scientifiquement prouvée. « Bien que cette technique semble plus sûre que d’autres méthodes (d’agrandissement du pénis, NDR), il n’existe aucune preuve scientifique de son efficacité et elle peut entraîner la formation de cicatrices, des douleurs et des déformations » affirme notamment la clinique Mayo. Les adeptes du jelqing couraient ainsi davantage de risques de développer une maladie de Lapeyronie, une courbure gênante de la verge pouvant déboucher sur des problèmes d’érection. L’avoir éventuellement plus longue, mais ne pas pouvoir s’en servir, avouez que c’est un comble, non ?

Clic et puis ouille !

Bien que rare, la fracture du pénis est une des conséquences possibles d’une partie de jambes en l’air un peu trop fougueuse. Il semble que la position la plus à risque soit celle que l’on nomme Andromaque, Woman on Top disent les Anglo-saxons, qui consiste pour une fougueuse cavalière, ou un cavalier, à chevaucher son bel étalon. Mais ce n’est pas le cas partout. Au Moyen-Orient, en particulier en Iran, environ la moitié des cas de fracture du pénis seraient causés par des hommes essayant de cacher leur érection de force. Cela pourrait être notamment dû à la pratique culturelle du Taghaandan, qui signifie cliquer en kurde, qui encourage ces messieurs à plier la tige de leur verge en érection jusqu’à ce qu’un clic audible soit entendu ! Ouille. On notera que le but de cette manœuvre risquée n’est pas toujours de mettre fin à une dilatation non souhaitée. Elle est parfois réalisée aussi pour éprouver du plaisir. Toujours est-il qu’une étude locale a montré que sur 172 cas de fractures du pénis enregistrés entre 1990 et 1999 à Kermanshah, en Iran, 69,1% étaient sans doute dus à la pratique du Taghaandan, et seulement 8,1% à des rapports sexuels !

Sur une idée originale de @MedicusFR

Découvrez plus d’anecdotes dans mon nouveau livre Sex’traordinaire, paru aux éditions La Boîte à Pandore. En vente en librairie et en ligne (Amazon, FNAC, Chapitre…).

livre Didier Dillen Sex'traordinaire
Sex’traordinaire

Sources :

  • Andreas Illmer, Nanchanok Wongsamuth, Thanyarat Doksone, Thai penis whitening trend raises eyebrows. www.bbc.com
  • Chloé Savellon, Blanchiment du pénis et du vagin : les médecins tirent la sonnette d’alarme. www.pourquoidocteur.fr
  • Christopher Bastianpillai, Aijing Wang, Jeevan Kumaradevan, Sudhanshu Chitalea, Accidental, Non-masturbatory, Non-intercourse Related, Self-Inflicted Penile Fracture: Case Report and Review of Literature. www.ncbi.nlm.nih.gov
  • Connor Boyd, Men are being urged to stop rubbing TOOTHPASTE onto their penises to last longer in bed over fears the odd trend could cause burns and blisters. www.dailymail.co.uk
  • Grace Lisa Scott, Thailand’s Ministry of Health Warns that Penis Whitening Trend is Dangerous. www.inverse.com
  • L’Inde en noir et blanc : l’obsession indienne pour la peau claire. https://blog.courrierinternational.com
  • Maud Le Rest, Le jelqing, la tendance qui affole les urologues. www.francetvinfo.fr
  • What is jelqing ? Does it work ? www.issm.info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.