Liqueur séminale

Liqueur séminale

Sperme
Tori Baratt Crane, Flickr

Qui dit sperme dit spermatozoïdes. Vrai, mais un peu court. Car le sperme, c’est aussi des protéines, des vitamines, des sucres et bien d’autres choses étonnantes. De quoi boire ou voir ce précieux liquide d’une autre façon.

Dans l’histoire de l’humanité, certaines choses font l’objet d’une vénération inversement proportionnelle à leur taille. La virginité en est une, le sperme une autre. Car le sperme, qu’est-ce que c’est : cinq millilitres de liquide dans le meilleur des cas. Mais quel symbole ! Et que de délicieux efforts pour le faire couler. Les Anciens en ont fait une « liqueur admirable » et surtout le siège de la puissance virile, voire de la puissance tout court. De là vient sans doute une partie des interdits sur l’onanisme (ça fatigue inutilement) et les croyances qui ont longtemps voulu qu’une pâle vierge ne devienne une femme dégourdie qu’en faisant connaissance avec ce mâle fluide.

Le goût du sperme
Fernando Mafra

Y a quoi là-dedans ?

Que contient donc le sperme pour susciter tant de fantasmes ? Des spermatozoïdes évidemment, 200 millions pour être précis. Mais avec sa texture de blanc d’œuf, la semence masculine renferme encore bien d’autres choses : des protéines, de nombreux sels minéraux, comme le sodium, le magnésium, le phosphore, le calcium, le potassium et le zinc. S’y ajoutent des sucres, tel le sorbitol (ça ne s’invente pas) ou le fructose, qui est d’ailleurs le principal « carburant » des spermatozoïdes. Pas d’inquiétude cependant, avec de 5 à 30 calories par éjaculation, la liqueur séminale ne fait pas partie des aliments qui font grossir, du moins pas directement. On y trouve en outre certaines hormones et enzymes (relaxine, prostaglandine, fibrinolysine) qui favorisent le cheminement des spermatozoïdes dans les organes génitaux de la femme, ainsi que des vitamines C et B12. Vous serez aussi ravis d’apprendre que le sperme est légèrement alcalin, ce qui lui permet de neutraliser localement le pH acide du vagin. La nature est décidément bien faite.

Sucré ou salé ?

Le goût du sperme n’est sans doute pas de ces questions existentielles qui taraudent les esprits depuis des siècles. Le sujet mérite cependant d’être posé et certains scientifiques, ne reculant devant aucun sacrifice, se sont penchés très fort sur la question. On jettera un voile pudique sur leurs méthodes d’expérimentation (ont-ils tiré à la courte paille ?) pour se contenter de leurs résultats. Le goût et l’odeur du sperme, apprend-on, varient selon les hommes. Chez certains, le sperme peut être doux et insipide, alors que chez d’autres son goût sera plus fort, salé ou amer. Une question de nourriture ? Certains le pensent, mais on n’a jamais pu le démontrer. Viande et poissons donneraient ainsi au sirop d ‘homme un goût amer, alors que les produits laitiers en allégeraient la saveur. Quant aux fruits acides, ils donneraient au sperme un goût plus sucré. Plus curieusement, la vasectomie semble lui ôter tout goût et toute odeur en même temps que les spermatozoïdes.

18km/h chrono !

Sportif de nature, le sperme, au moment de l’orgasme, sort du corps à la vitesse phénoménale de… 18km/h. Du moins pour les jets les plus rapides. Les meilleurs jours aussi, le précieux liquide est expédié jusqu’à 60 cm du pénis, pour la première giclée toutefois, les autres étant loin d’atteindre une telle distance. Mais comme le disait Coubertin, l’important est de participer.

Le sperme pour voir la vie en rose ?

Le sperme a-t-il des effets antidépresseurs? Plusieurs études l’avancent en tout cas. On a ainsi découvert que les femmes qui n’utilisent pas de préservatifs pendant leurs rapports sexuels sont souvent moins déprimées et moins tentées par le suicide. Plus étonnant, le sperme pourrait même entraîner une forme de « dépendance ». Les femmes qui ont une activité sexuelle sans préservatif ont en effet tendance à chercher plus de partenaires que celles qui utilisent un condom, et sont plus sensibles au bien-être engendré par ce type de rapport sexuel. La consommation de sperme par voie orale pourrait avoir le même effet sans qu’on en soit sûrs. A quand cette posologie dans les caleçons : trois fois par jour ou plus selon l’avis du médecin !

Découvrez plus d’anecdotes dans mon livre Les Érotiques de l’histoire, éditions Jourdan. En vente en librairie, ainsi que sur Amazon, Club, Chapitre

Laisser un commentaire