Burnes Out

Burnes Out

Science et testicules

Les testicules suscitent apparemment beaucoup l’intérêt des scientifiques. Très régulièrement paraissent des recherches qui mettent en lumière certains aspects insolites des valseuses à papa. Découvrez la face cachée du slip ! 

Y aurait-il un complot mondial pro-testiculaire au sein du monde scientifique ? Une secte de zélotes de la burne en blouse blanche ? Quoi qu’il en soit, les bourses semblent curieusement avoir la cote auprès des chercheurs de différents horizons. On apprend ainsi que la taille des rognons masculins pourrait être corrélée avec la santé cardio-vasculaire de leur légitime propriétaire. Du moins certains d’entre eux. En théorie, plus les valseuses seraient mahousses, plus les risques de souffrir d’une maladie cardiovasculaire pourraient être élevés.

Cœur à couilles

Jusqu’ici, en posséder deux de taille appréciable était pourtant considéré comme un signe de bonne santé, du moins reproductive. Ce ne serait plus nécessairement vrai. C’est en tout cas ce qu’estiment des chercheurs italiens qui ont suivi durant sept ans un peu plus de 1 300 sujets mâles ayant consulté pour des troubles érectiles. Après des mesures minutieuses, ils se sont aperçus que les hommes aux roustons plus volumineux présentaient aussi un profil cardio-vasculaire à risques, cumulant plus volontiers, hypertension, obésité, tabagisme… Cela dit, la taille des bas morceaux masculins n’est peut-être pas directement en cause. Obésité et diabète sont connus pour faire baisser le taux de testostérone, et selon les chercheurs transalpins, l’organisme chercherait en quelque sorte à compenser en sécrétant un surcroît d’hormone lutéinisante, qui solliciterait à son tour les cellules testiculaires responsables de la fabrication de la testostérone. Et c’est ce processus qui conduirait les gonades mâles à prendre du volume ! Les hommes bien dotés par la nature ne doivent donc pas commencer à paniquer. Certains scientifiques sont d’ailleurs loin de partager les conclusions de cette étude.

Testicules et polygamie

Dans un autre registre, la taille des testicules donne sans doute aussi une indication sur le comportement sexuel des primates. Plus les mâles d’une espèce s’avèrent burnés, plus la probabilité augmente qu’ils soient polygames ! Ce qui a mis la puce à l’oreille des chercheurs, c’est notamment la différence de taille entre les bijoux de famille des chimpanzés et ceux des gorilles. Bien que plus costauds, ces derniers ont des gonades quatre fois plus réduites que leurs sympathiques cousins. Chez les chimpanzés, tout le monde s’envoie en l’air avec tout le monde.* Du coup, disposer d’un sperme abondant et de bourse taillée pour la compétition représente probablement un avantage : chaque copulation augmente les chances de se reproduire. Pas besoin de ça chez le gorille, chez qui seul le mâle dominant a accès à toutes les femelles. Et l’être humain dans tout ça ? Avec des testicules de taille moyenne, du moins comparés aux autres primates, il pourrait bien avoir été plus ou moins polygame dans un passé lointain ! Et l’être parfois resté ajouteront certains.

Des papilles dans le slip ?

En matière de roustons, le plus étonnant reste cette récente annonce voulant que l’on ait découvert des récepteurs gustatifs dans les testicules, du même genre que ceux que l’on possède sur la langue ! Pas de chance pour ceux qui se voyaient déjà savourer un bon repas une assiette entre les jambes, la nouvelle n’est pas tout à fait exacte. En réalité, ce ne sont pas des récepteurs gustatifs que des scientifiques ont décelés dans les roubignoles, mais bien des protéines impliquées dans la perception de certaines saveurs. À leur grande surprise, ils ont découvert que ces protéines étaient non seulement présentes dans les bourses, mais qu’elles possédaient aussi un rôle crucial dans la fabrication du sperme. Une fois leur expression bloquée, un mâle s’avère incapable de procréer. Leur découverte est loin d’être anodine. Elle pourrait expliquer l’effet néfaste de certaines substances chimiques sur la fertilité humaine !

Fertilité masculine : vive le kilt !

Pour un sperme de qualité, mieux vaut éviter les sous-vêtements trop serrés et garder son scrotum au frais le plus souvent possible. Une solution idéale, le port du kilt écossais à la manière traditionnelle, sans rien en dessous donc ! C’est du moins l’hypothèse d’un chercheur néerlandais dans un article publié dans le Scottish Medical Journal. Celle-ci est cohérente avec les données existantes, mais doit cependant encore être vérifiée. Des volontaires ?

* Même si certaines hiérarchies compliquent parfois les envies libidineuses des unes et des autres.

Découvrez plus d’anecdotes dans mon livre Les Érotiques de l’histoire, éditions Jourdan. En vente en librairie, ainsi que sur Amazon, Club, Chapitre

Sources :
« Real men wear kilts ». The anecdotal evidence that wearing a Scottish kilt has influence on reproductive potential: how much is true ? http://journals.sagepub.comwww.ncbi.nlm.nih.gov
Catherine Vincent. Des amours de primates. www.lemonde.fr
Dr Philippe Tellier. Dysfonction érectile : la taille des testicules pour prédire le risque cardiovasculaire ? www.jim.fr
Est-ce que la taille des testicules influe sur la fertilité ? www.allodocteurs.fr
Frae MacCrotch. The Kilt – A Fertile Fashion Statement? www.labtimes.org
Jeanlou Chaput. La taille des testicules compte dans l’évolution des espèces.
Jeanlou Chaput. Science décalée : de gros testicules seraient liés au risque cardiaque. www.futura-sciences.com
L’anti-sexisme au service de l’anti-science. http://psymath.blogspot.be
Les testicules seraient dotées de récepteurs gustatifs. www.huffingtonpost.fr
Quelle relation entre la taille des testicules et le risque cardiaque ? Medsynet.
Relationship of Testis Size and LH Levels with Incidence of Major Adverse Cardiovascular Events in Older Men with Sexual Dysfunction. https://onlinelibrary.wiley.com/
Scicurious. Losing the “taste” for sperm. https://blogs.scientificamerican.com/scicurious-brain
www.futura-sciences.com

 

Laisser un commentaire