Les préliminaires : tout un programme !

Les préliminaires : tout un programme !

Préliminaires sexuels

Préliminaire : ce qui prépare un acte plus important, nous dit le dico. En bref, un préambule, un hors-d’œuvre. En littérature peut-être, mais sous la couette, plus question d’une simple entrée en matière !

Traditionnellement, le terme préliminaires désigne les stimulations qui précèdent et préparent le coït. Tout le monde pense automatiquement aux baisers fougueux, aux caresses plus ou moins prononcées, aux mordillements coquins. Vrai, mais les préliminaires sont loin de se limiter à ça. Ils comprennent l’ensemble des gestes et des paroles échangés avant la pénétration. On peut même y inclure tout ce qui se passe avant de passer au lit : soirée romantique, sorties resto, slows langoureux, etc. Leur déroulement suit en général le même canevas, et va des caresses superficielles aux stimulations plus directes des organes sexuels, dans un voluptueux crescendo. Pourtant, il n’existe aucune règle dans ce domaine. La durée, les organes stimulés varient selon les couples et les cultures. Place donc à l’imagination !

Tendresse et passion

Préliminaires sexuels
Bryan Brenneman

Les préliminaires ont un but : préparer les corps à la pénétration. Chez l’homme, le problème est vite réglé, car l’érection ne se fait en général pas attendre. Pour la femme, c’est une autre histoire. Son excitation est plus lente à venir. Or le vagin a besoin d’être préparé pour le rapport sexuel. D’où l’utilité des préliminaires justement. Sous l’effet des baisers et des caresses, il s’agrandit de 50% et lubrifie, ce qui le prépare à accueillir le pénis dans de bonnes conditions. Si le vagin était sec, celle-ci serait tout bonnement impossible ou très douloureuse. Les caresses et les baisers avant l’amour ne sont donc pas du luxe ! Mais les préliminaires, c’est bien plus qu’une histoire de lubrification et de préparation mécanique. C’est aussi ce qui conditionne toute la magie de la rencontre amoureuse, l’alchimie des corps, le bouillonnement des désirs. Tendresse et passion y jouent un rôle prépondérant. Ce temps de caresses permet aux partenaires de se détendre, de faire passer leur désir mutuel, de se rapprocher dans l’extase et de renforcer leur amour.

Pourvu que ça dure ?

La question que tout le monde se pose est évidemment : combien de temps ? Le débat divise, dit-on, les hommes et les femmes depuis une éternité. Insatisfaites, les femmes en voudraient plus. Les hommes eux, auraient tendance à vouloir passer rapidement à la conclusion. C’est faux, si l’on en croit des études récentes. Non seulement les femmes n’ont pas toujours envie ni besoin de très longs rapports amoureux, mais les messieurs sont également demandeurs en la matière. Mieux, lorsqu’on leur demande quelle est selon eux la durée idéale des préliminaires, ils avancent les mêmes chiffres que les femmes. Si c’est pas beau ça ! On a également tendance à oublier qu’il faut être deux pour, bien, faire l’amour. Or, nous apprennent ces études, la durée des caresses dépend aussi de l’implication des deux partenaires. En clair, plus la femme est active, plus les papouilles se prolongent. Pas la peine cependant de rester les yeux rivés sur le chrono. Seules les caresses désirées et négociées sont utiles. Quand on dialogue, la durée des préliminaires devient moins importante.

Hors-d’oeuvre ou plat unique ?

Préliminaire sexuels
CaLaPics, Flickr

On aurait d’ailleurs tort de voir dans les préliminaires qu’un simple avant avant-propos. Ils peuvent en effet aussi servir de contenu principal et même de conclusion ! Il n’y a pas que la pénétration qui compte et pas de raison de séparer l’acte sexuel du plaisir procuré par les autres caresses. La satisfaction sexuelle, l’orgasme, peuvent ainsi venir d’une grande variété de jeux amoureux : cunnilingus, fellation, caresses du clitoris… Toutes les caresses liées aux préliminaires peuvent donc se suffire à elles-mêmes. Certains couples ont d’ailleurs régulièrement recours à ce genre des relations intimes.

Préliminaires : et les mâles alors ?

Dans le lit comme dans le dico, le mot préliminaires se décline au masculin. C’est l’homme qui est le plus souvent censé les prodiguer et la femme les recevoir. À tort. Les hommes ont, eux aussi, besoin de préliminaires, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons. Sans eux, leur excitation reste concentrée sur leur sexe. Pour que leur corps participe tout entier au plaisir de la relation amoureuse et que leur excitation soit plus complète, ils ont également besoin de caresses. Mesdames, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.