Chirurgie intime, les hommes aussi !

Chirurgie intime, les hommes aussi !

Chirurgie intime pour hommes
Alexas Fotos

La chirurgie esthétique s’intéresse désormais de près aux hommes, et plus particulièrement au contenu de leur braguette. À moins que ce ne soit l’inverse. Découvrez la chirurgie du pénis et de ses environs immédiats !

Nom d’une dosette à café ! George Clooney himself, élu deux fois homme le plus sexy au monde, aurait succombé aux sirènes de la chirurgie esthétique. Pour se faire retendre les rides du cou ? Pas du tout. Pour s’offrir un lifting des testicules ! Outre un bel émoi, cette annonce qui date déjà de quelques années, a aussi suscité une énorme interrogation. Les valseuses à George étaient-elles à ce point fripées qu’il lui ait fallu recourir au bistouri ? Plus ou moins. Comme d’autres hommes d’âge mûrs, Mister Clooney était probablement victime d’un relâchement du scrotum, à savoir l’enveloppe cutanée qui entoure les bourses. Une situation qui peut s’avérer gênante, à la fois pour des raisons esthétiques, mais aussi mécaniques. En clair, ça pendouille, voire ça ballote quand il ne faut pas. Durant les relations sexuelles par exemple. Gênant, on vous dit. A noter que cette intervention est parfois aussi prescrite chez des hommes plus jeunes chez qui la peau des testicules est au contraire trop peu élastique et empêche une rétraction correcte des sœurs Brontë lorsqu’il fait froid. Une caractéristique qui, allez savoir pourquoi, toucherait surtout des hommes blonds ou nordiques !

Gros pénis sur catalogue

Chirurgie de la verge
Kaz

Mais le lifting des roubignoles est loin d’être la seule intervention qui vise à retoucher les bas morceaux masculins. Cela va par exemple de l’allongement du frein du prépuce, à la correction de la courbure pénienne, pour ceux qui l’ont trop concave ou trop convexe, en passant par l’ablation de la palmure, un repli de peau disgracieux qui fait ressembler Popaul à un nain de jardin trapu, et occasionne dans la foulée des problèmes d’érection. Mais les deux interventions vedettes de cette discipline toute neuve qu’est la pénoplastie sont incontestablement l’allongement et l’élargissement du membre viril. Voire les deux en même temps, comme cela se fait de plus en plus. Des dizaines de milliers d’hommes ont déjà eu recours à ce type d’artifice pour se la jouer plus longue ou plus joufflue. Du moins on le suppose, car les intéressés ne s’en vantent guère. Dans le premier cas, on sectionne le ligament qui attache le pénis au pubis. Ce qui permet à monsieur de gagner de 2 à 4 cm au repos. La deuxième intervention consiste à réinjecter la propre graisse du patient, ou de l’acide hyaluronique, sous la peau du pénis pour augmenter sa largeur. Résultat pour le zizi ainsi dopé aux adipocytes : un gain moyen de circonférence de 3 à 5 cm, en principe visible tant au repos qu’en érection, et un calibre qui, aux dires des chirurgiens esthétiques, persiste environ sept ans. Mais ce n’est pas garanti. Certains choisissent aussi de ne se faire dilater que le gland avec de l’acide hyaluronique.

Sexe symbole

taille du sexe
Marc Diego

Évidemment, certains s’interrogent. Pourquoi vouloir tuner un outil qui donne par ailleurs entière satisfaction ? Hormis des cas très rares de micropénis (moins de 7 cm en érection !), la taille du zizi ne joue en effet pas un rôle majeur dans la satisfaction sexuelle de la plupart des femmes. Et certainement aucun dans la conception. Ce n’est évidemment pas l’avis des messieurs qui ont recours à ce type d’intervention. L’homme, ce n’est pas que le poil ou les muscles, c’est aussi la verge. Triomphante ou indolente, elle compte pour beaucoup dans l’image qu’il a de lui-même. Or de nombreux mâles sont obsédés par la taille de leur pénis qu’ils trouvent en général, et à tort, trop petit. Près du quart des hommes qui consultent pour un problème sexuel se plaindraient ainsi de la taille de leur bistouquette ! Mesdames, ne riez pas. Dans les hôpitaux britanniques notamment, le nombre de labiaplasties, principalement celle des petites lèvres, aurait été multiplié par cinq au cours des dix dernières années ! Devant les mirages ou miracles du bistouri, l’heure est donc plutôt à l’égalité des sexes.

Plus longue mais plus molle ?

Se faire rectifier l’intime n’est pas nécessairement une bonne idée. En France, l’Académie de Nationale de chirurgie s’était d’ailleurs opposée, en 2011, à la chirurgie du pénis à la demande, en dehors des cas avérés de micropénis. La prestigieuse assemblée en avait profité pour souligner les résultats limités de ce type d’intervention, et le risque certain de complications en particulier au niveau de l’érection !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.