Sea, sex and sex

Sea, sex and sex

Faire l'amour en mer
Ibrahim Assad – Pexel

C’est l’été, la saison de l’amour et de tout ce qui tourne autour. Votre libido est probablement au zénith. Les soucis du boulot et de la famille mis entre parenthèses. Et si vous en profitiez pour tester de nouvelles expériences sexuelles, comme faire l’amour dans l’eau ?

Ce n’est pas Loana qui nous contredira, se baigner à deux, c’est diablement excitant. Il y a d’abord le contact des corps mouillés et à moitié nus, quasi portés par l’eau, la douce caresse de l’onde sur la peau… Pas étonnant que beaucoup d’amants aient envie de profiter de toutes ces sensations agréables pour s’envoyer en l’air, ou plutôt en l’eau !

Sexe aquatique

Sexe dans l'eau
Adam Kantor – Pexel

Mais comment procéder ? Si minette et la fellation submersibles ne posent pas de réelles difficultés – pensez tout de même à venir respirer de temps en temps à la surface – on ne fait en revanche pas l’amour de la même façon dans l’élément liquide que sur la terre ferme. Laissez le coït en haute mer aux pros de la plongée et de l’apnée, et gardez de préférence un point d’appui (fond de l’eau, rebord de la piscine ou du jacuzzi, bord de plage). Ce sera plus sûr et cela facilitera les mouvements de va-et-vient. De longs préliminaires sont aussi à prévoir, car l’eau a tendance à diluer la lubrification vaginale. Vous pouvez cependant recourir aux lubrifiants waterproof à base de silicone, également pour un rapport anal. Plus épais, ils maintiennent une texture glissante bien plus longtemps que leurs homologues à base d’eau et sont compatibles avec le port du condom. Leur goût n’est par contre pas toujours très agréable.

On se rince l’œil et le reste

Quid du chlore, qui peut favoriser les mycoses vaginales et des infections dues aux germes pathogènes présents dans l’eau ? Ces risques existent dès que l’on se baigne dans une piscine, à la mer ou plus encore dans un jacuzzi, où la température de l’eau favorise le développement de micro-organismes. Mais ils peuvent être aggravés en cas de rapports sexuels sous l’eau. Pour plus de sûreté, pensez à bien vous rincer à l’eau claire après une séance de radada en milieu aqueux, surtout si vous êtes sujet aux mycoses. Oubliez par contre la rumeur tenace qui veut que la verge reste souvent coincée dans le vagin lorsqu’on fait l’amour dans l’eau ! C’est une légende sans fondement.

Port de la capote et plaisirs maritimes

Enfin, sexe amphibie ou pas, la capote reste de rigueur en cas de nouveau partenaire ou de risque de grossesse. Petit problème, on connaît mal les effets du sel, du chlore ou encore des lotions solaires sur la solidité et l’étanchéité des préservatifs. Aucun modèle n’ayant fait l’objet de tests spécifiques sous l’eau, leur efficacité n’est pas non plus pas garantie pour ce genre d’usage, et il est bien possible que votre condom ait envie de prendre le large une fois mis à l’eau autour de votre pénis ! Vous limiterez les risques en enfilant votre préservatif au sec et jamais dans l’eau, en l’enduisant au préalable d’un lubrifiant waterproof (pour éviter les frictions), en conservant, si possible, une érection tout au long du rapport et en maintenant le préservatif au moment de vous retirer.

Galipettes sur sable fin

Sexe sur la plage
Adam Kantor – Pexel

L’eau ne vous tente pas ? Reste la plage romantique. Le sable chaud, le ressac de la mer, l’intimité d’une dune ou d’un clair de lune (évitez Maubeuge), voilà des situations très érotiques qui vous invitent aux ébats les plus torrides. L’avantage de la plage, c’est qu’il y a en général pas grand-chose à enlever pour passer aux choses sérieuses. Cela fait gagner du temps et rend les choses plus discrètes. Les plus audacieux tenteront l’aventure en plein jour, en n’oubliant cependant pas que l’exhibitionnisme est formellement interdit et puni par la loi. À condition de rester discret, en s’installant l’un contre l’autre dissimulé par un parasol ou un essuie de bain, une petite fellation expresse, un broute minou improvisé, une caresse un peu appuyée… sont cependant toujours possible. L’interdit a même parfois le don de stimuler les sens et le plaisir. Vous avez peur de vous faire surprendre ? Tentez l’aventure dans une petite crique assez difficile d’accès, mais pas trop, et à l’abri de regards. Plats ou dressés, les rochers offrent également toutes sortes de positions et de combinaisons érotiques possibles. Pensez à vous munir d’une serviette de bain épaisse pour rendre ce moment plus confortable !

Coït forestier

Faire l'amour dans la nature
Aldo Lammel – Flickr

Si la dureté des rochers ne vous inspire pas, vous pourrez rechercher un lit d’herbes tendres et odorantes, l’ombre d’un arbre en pleine nature ou un vieux tronc accueillant. Faire l’amour en forêt est d’ailleurs un fantasme très classique, surtout chez les plus de 45 ans. Dans les deux cas, les plus douillets feraient également bien de prévoir une couverture pour accueillir leurs étreintes. Un simple plaid suffit, mais certains matelas de camping ultra minces sont encore plus confortables. Vive les vacances. À bas l’abstinence !

Latex, mode d’emploi

Ce n’est pas parce qu’on est en vacances qu’il faut oublier les règles élémentaires de prudence. Au contraire même. Célibataire ou non, il est plus sage d’avoir toujours une boîte de préservatifs dans vos bagages. Gardez-en aussi quelques-uns sur vous pour plus de sûreté. Vous pouvez vous mettre au diapason de l’été en choisissant des couleurs et des goûts fruités : fraise, menthe, tutti frutti, vanille… Vous devez en acheter à l’étranger ? Vérifiez l’emballage : la mention CE doit y figurer (norme européenne). Et surtout, contrôlez la date de péremption, pour éviter de pénibles surprises au déballage. Conservez également vos préservatifs à l’abri de la chaleur et du soleil qui risquent sinon de fragiliser le latex et d’accroître le risque de déchirement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.