Electro-sexe

Electro-sexe

Peut-on faire des étincelles avec son sexe ? Depuis le XIXe siècle, l’électricité est en tout cas utilisée pour traiter ou tenter de traiter de nombreux problèmes de plomberie intime : impuissance, dysfonction sexuelle féminine, absence d’éjaculation… Certains sextoys d’un nouveau genre ont même aujourd’hui recours aux courants électriques pour mieux nous faire jouir. Découvrez l’histoire de l’électro-sexe !

électro-thérapie sexe
L’électricité. Baille Jean-Baptistin. BNF, Gallica.

Au XIXe siècle, l’électricité fascine et intrigue. Ses applications paraissent infinies. L’électrothérapie connaît par exemple un engouement enthousiaste. On se sert de ces nouvelles technologies que sont les piles électriques, les machines à induction, les bobines, accumulateurs et autres dynamos, pour traiter nombre de maladies. La fée électricité passe ainsi pour guérir la surdité, la constipation, les maladies nerveuses, l’hémiplégie, la sciatique, la gonorrhée, les rhumatismes. On s’en sert même pour réanimer les noyés et les asphyxiés ! Des médecins ont aussi recours à l’électrothérapie pour tenter de soigner l’impuissance masculine, contre laquelle les traitements de l’époque se montrent inefficaces. On prête au flux d’électrons des vertus tonifiantes, stimulantes et revitalisantes sur les parties génitales. Ils apportent aux organes les forces qui leur feraient défaut. Les affligés de la zigounette se voient donc proposer des « bains galvaniques ». Plongés dans une baignoire où circule un léger courant continu, ils sont supposés être guéris de leur affection débilitante en six séances à peine !

Une électrode dans l’urètre !

Chez d’autres, on préfère appliquer du courant faradique (variable) à même la peau. C’est le cas de ce patient traité pour impuissance à l’hôpital Necker à la fin du XIXe siècle : «  Le nommé J. G., 33 ans, est atteint depuis 11 mois d’une impuissance absolue survenue à la suite d’excès de coït. Du moins c’est à cette cause qu’il attribue son impuissance qui se manifesta brusquement », relate par exemple le Dr. Léon Danion, dans un traité d’électro-thérapie daté de la même époque. « Tous les moyens usités sans exception ont été mis en oeuvre pour vaincre cette impuissance qui est restée absolue. A la suite de 2 applications faradiques recto-lombaires faites le 11 et le 13 juin 1891, la fonction fut rétablie. Il ne fut fait que cinq applications en tout et cependant six-mois après le rétablissement persistait intact ». D’autres carabins ne jurent que par l’application directe d’électricité sur les organes concernés, périnée, pénis et testicules. Et cela au moyen d’éponges munies d’électrodes. On conseille aussi aux messieurs à la quéquette en berne de tremper leur service trois-pièces dans des bassines parcourues d’un courant galvanique. Certains audacieux médecins vont jusqu’à insérer une des électrodes dans l’urètre de leur patient ! Le voltage utilisé à cette occasion est heureusement assez bas, mais le traitement dure tout de même de cinq à huit minutes. Il doit de surcroît être répété deux fois par semaine.

Ceinture électrique

électro-thérapie

Si une partie de ces cures électriques se fait dans le cadre médical, on voit apparaître au début du XXe siècle les premières applications grand public de l’électrothérapie. C’est le cas des ceintures électriques, qui naissent aux États-Unis dès les années 1890. Les ceintures en question étaient ajustées au corps et munies de piles, qu’il fallait parfois au préalable plonger dans du vinaigre, et d’une série d’électrodes. Leur puissance devait probablement être très faible. Sans parler de leur efficacité, probablement inexistante. Ce qui n’empêche pas leurs concepteurs de les présenter comme de véritables panacées, un « pur remède de la nature » ! Parmi la longue liste de maladies qu’elles sont présumées guérir, celles qui se rapportent aux organes génitaux et aux fonctions sexuelles sont sans doute les plus nombreuses. On parle de porter remède aux désordre du système de procréation, aux écoulements divers, à l’inévitable onanisme, aux excès vicieux, faiblesses sexuelles, perte des facultés viriles et on en passe. Des douzaines de modèles verront le jour. Leurs publicités tapageuses se retrouveront quotidiennement dans la plupart des grands journaux américains et canadiens.

Électro-stimulation érotique

électro-sexe
MEO.de

L’e-stim, ou électro-stimulation érotique ou encore électro-sexe, est le dernier avatar en date de cette forme d’électro-thérapie olé-olé. Le genre a pour précurseur un appareil connu sous le nom de « Relax-A-Cizor ». Commercialisé dans les années 50, il se présentait comme un banal dispositif de musculation passive et d’amaigrissement. Il sera très vite détourné pour un usage nettement plus intime, mais finira cependant par être interdit vu les risques qu’il faisait courir à ses utilisateurs. Il faut attendre les années 80 pour voir apparaître des dispositifs plus sûrs et spécifiquement conçus pour l’électro-stimulation érotique. Différents modèles sont depuis lors disponibles : électro-godes, plugs anaux, pinces à mamelons, anneaux péniens ou cathéters ! On peut les diviser en gros entre ceux qui s’utilisent sur la peau, et ceux qui s’introduisent dans différents… orifices. Les premiers agissent par stimulation électronique des muscles (EMS) et les seconds par stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS). L’amplitude, la vitesse et l’intensité des impulsions électriques, sont le plus souvent modulables. Au dire des utilisateurs et utilisatrices, ce genre d’électro-titillation produit une large gamme de sensations, qui peut aller du picotement agréable et chaud, à des perceptions plus intenses et ciblées pouvant mener jusqu’à l’orgasme. Ce dernier pouvant même à l’occasion être démultiplié ! D’aucuns, peuvent aussi trouver ces sensations douloureuses. Il est aussi déconseillé d’utiliser certains de ces dispositifs au-dessus de la ceinture, leurs impulsions électriques pouvant notamment interférer avec la fréquence cardiaque ! D’une manière générale, respectez toujours les consignes du fabricant.

Neurostimulation contre dysfonction sexuelle

Les progrès de la bio-électro…nique aidant, les espoirs déçus des malheureux sous-voltés de la braguette sont peut-être en passe de devenir réalité. Du moins en partie. Il ne s’agit plus, cette fois, de brancher des pénis directement sur le secteur, mais bien de s’aider de micro-électrodes pour stimuler certains organes cibles. Lesquels ? Non pas la bistouquette, mais notamment la vessie, en cas d’incontinence urinaire. On parle de neuromodulation sacrée, par référence aux nerfs du sacrum. Les médecins ont recours à cette méthode lorsque les autres traitements (techniques comportementales, médicaments) ne donnent pas satisfaction. Elle fait intervenir un petit neurostimulateur de type pacemaker implanté sous la peau des fesses, une électrode qui véhicule de faibles impulsions électriques jusqu’au nerf contrôlant notamment la vessie, et une télécommande. Le rapport avec la choucroute, enfin plutôt avec la sexualité ? Il est dans les effets secondaires inattendus de ce type de traitement contre l’incontinence. Du moins chez les femmes. Certaines patientes utilisant de tels stimulateurs ont en effet remarqué une plus grande satisfaction au lit ! Plusieurs études l’ont depuis mis en évidence. Des chercheurs voient du coup dans la neurostimulation un traitement potentiel de la dysfonction sexuelle féminine. Une affection qui va d’une libido en berne à l’impossibilité d’avoir un orgasme. On n’en est pas encore là. Mais une toute récente étude pilote menée entre autres par le Dr Tim Bruns, spécialiste de l’ingénierie biomédicale à l’université du Michigan, laisse entrevoir certains espoirs. Sur les neufs femmes enrôlées dans cette expérience, et ayant pu bénéficier de séances de stimulation transcutanée du nerf génital dorsal, pas moins de huit ont rapporté des améliorations significatives en matière d’excitation, de lubrification et d’orgasme ! D’autres études plus complètes sont cependant nécessaires pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un simple effet placebo.

Electro-éjaculateur rectal

Il n’en va pas de même avec la technique dite de l’électro-éjaculation, dont l’efficacité n’est plus à démontrer. Elle consiste à insérer une électrode bipolaire dans le… rectum pour stimuler électriquement la prostate et obtenir un lâcher de ballons en bonne et due forme ! Ce phénomène réflexe est, semble-t-il, connu depuis le XIXe siècle. Bien qu’elle soit surtout utilisée chez l’animal pour obtenir rapidement un prélèvement de sperme, cette méthode peut aussi à l’occasion être employée chez les hommes atteints de paraplégie (lésion médullaire). Cette affection les prive généralement de la possibilité d’avoir des éjaculations, et donc d’être pères. En tout cas par les méthodes habituelles. L’alternative consiste donc à recueillir leur sperme par stimulation vibratoire pénienne ou par électro-éjaculation. L’effet est garanti, mais la qualité du sperme recueilli à cette occasion n’est pas toujours suffisante pour assurer une conception. Pour l’anecdote, un des chercheurs ayant expérimenté cette technique dans les années 80, s’était auto-appliqué une électrode de son invention dans l’anus ! Il avait cependant abandonné au quart du voltage nécessaire pour obtenir une éjaculation, tant la douleur était importante ! Cette douleur que ne peuvent (mal)heureusement pas ressentir la plupart des paraplégiques.

Sources

  • Apolline Ramier, Approche historique de l’électrothérapie et son application à la sphère oro-faciale : l’exemple du “ Rénovateur ”. https://dumas.ccsd.cnrs.fr
  • Cathryne Keller, Sex Toys That Shock Your Lady Parts Actually Exist—But Are They Safe? www.womenshealthmag.com
  • Charles Sinclair Elliot, Electro-therapeutics and X-rays. https://archive.org
  • Electroéjaculation. https://fr.wikipedia.org
  • Electrostimulation érotique. https://fr.wikipedia.org
  • Emmanuel Fournier, Creuser la cervelle : variations sur l’idée de cerveau. PUF.
  • G. Frank Lydston, Impotence and Sterility. 1912 https://archive.org
  • Guildo Rousseau, Discours marchand et discours scientifique. La représentation publicitaire de la ceinture électrique au début du siècle. www.erudit.org
  • J. Perrin, J. Saïas-Magnan, I.Thiry-Escudié, M. Gamerre, G. Serment, J.-M. Grillo, C. Guillemain, G. Karsenty, Le blessé médullaire : quel sperme et quelle prise en charge en Assistance médicale à la procréation ? www.em-consulte.com
  • Kelly Malcolm, Simple nerve stimulation may improve sexual response in women. https://labblog.uofmhealth.org
  • Kim Roth, Root causes: Bioelectronics to restore organ function. https://bme.umich.edu/
  • L. Zimmerman, Neuromodulation for Female Sexual Dysfunction: Preliminary Pilot Clinical Trial and Patient Interest Survey. www.jsm.jsexmed.org
  • Léon Danion, L’Électrothérapie : journal d’électricité médicale. https://gallica.bnf.fr
  • Lizette Borreli, Intensify Your Sex Play: ‘Electrosex’ Uses Electrical Currents To Stimulate Nerve Endings In Erogenous Zones. www.medicaldaily.com
  • Mai Banakhar, Yahya Gazwani, Mohamed El Kelini, Tariq Al-Shaiji, MD, and Magdy Hassouna, Effect of sacral neuromodulation on female sexual function and quality of life: Are they correlated? www.ncbi.nlm.nih.gov
  • Neuromodulation increased scores in study of impact on sexual dysfunction. https://medicalxpress.com/
  • Pauls RN, Marinkovic SP, Silva WA, Rooney CM, Kleeman SD, Karram MM, Effects of sacral neuromodulation on female sexual function. www.ncbi.nlm.nih.gov
  • S. Nicole Lane, What Happened When I Tried to Electro-Shock Myself to Orgasm. www.vice.com
  • Sébastien Chavigner, Quand les hommes s’électrocutaient le pénis pour guérir l’impuissance. www.vice.com
  • STOMP: Sexual function Trial of Overactive bladder: Medication versus PTNS. https://clinicaltrials.gov
  • Suzannah Weiss, I Tried a Sex Toy That Promises Electric Shock Orgasms—and It’s Not for the Faint of Heart. www.glamour.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.